Agro Pelaga : l’agrotourisme au service de tous

Montrer un « autre Bali » tout en assurant que les retombées du tourisme bénéficient aux villages d’accueil, peut aussi passer par la valorisation des ressources naturelles, comme les productions agricoles de l’île. Pour les touristes, mais pas seulement. Exemple d’Agro Pelaga, un resort qui reste ouvert à l’extérieur.

Comme beaucoup d’hôtels à Bali, Bagus Agro Pelaga se réclame du concept balinais du Tri Hitha Karana, symbole de l’art de vivre balinais, basé sur la recherche d’harmonie des hommes envers les autres hommes, mais aussi les dieux et l’environnement :

« Nous essayons d’appliquer le Tri Hitha Karana en gardant la nature telle qu’elle est, en essayant de l’embellir et de la rendre pérenne. Nous employons aussi du personnel local : nous essayons de maintenir les habitants du village dans leur vie professionnelle, comme les agriculteurs, afin de rendre hommage à leurs dieux et maintenir l’équilibre entre la nature, dieu et l’homme. C’est important pour eux de ne pas quitter le village pour participer aux cérémonies. Sinon, seul un trop petit nombre pourra rendre hommage aux dieux du temple local », explique Luh Putu Sri Kasih, gérante d’Agro Pelaga. Lors de la visite, nous croisons aussi un ancien propriétaire d’une parcelle rachetée par l’hôtel. Il est aujourd’hui salarié d’Agro Pelaga, mais continue de prendre soin de la terre de ses ancêtres.

ganesha-and-view.jpg

Ganesh trône à l’entrée de l’hôtel, dont l’ambiance est familiale. Le fils de Shiva symbolise ici la sécurité et la prospérité. De fait, l’hôtel connaît actuellement une croissance remarquable. Il appartient au groupe Bagus Discovery, qui a pour principe, dans ses 6 hotels, de ne consacrer que 20% maximum à la construction et de préserver la nature sur 80% du territoire. Agro Pelaga, d’abord connu pour son exploitation agricole écologique, a ouvert il y a 13 ans. Il n’y avait alors que 4 villas et le restaurant. En 2015, l’hôtel est composé de 24 villas, et le double est prévu pour fin 2016, sur un total de 18 hectares. Agro Pelaga fournit aussi les fruits et légumes bios à l’ensemble des hôtels du groupe. Pour l’heure, l’hôtel, qui proposera des packages de yoga et de méditation au milieu des plantations, n’a pas encore été présenté aux professionnels du tourisme. Mais il affiche déjà quasiment complet jusqu’à la fin de l’année.

Chaque villa est construite en matériaux naturels et locaux (bois de fer, teck, rotin, pierres naturelles blanches et noires…) dans un véritable jardin d’Eden, cultivé de façon traditionnelle : choux fleurs, brocolis, salade, haricots verts, haricots de soja, gingembre, curcuma, ananas… mais aussi des végétaux plus surprenants comme les asperges, des oranges japonaises, des roses pour les offrandes… ou encore des fraises.

À Bali, les fraises ne sont produites en altitude qu’à Agro Pelaga et dans la station de Bedugul, à une quinzaine de kilomètres à vol d’oiseau. Avec cette culture, comme avec les asperges, les oranges ou les roses, Agro Pelaga veut prouver que beaucoup de fruits et légumes peuvent pousser à Bali et que l’île n’est pas obligée de les importer. Et ici, elles sont récoltées toute l’année, comme les roses ! 

Pour cette dirigeante d’Agro Pelaga, qui gère un personnel de 75 personnes comme une mère de famille, l‘agrotourisme est aussi un moyen de se démarquer de la concurrence : « Pour nous, l’agrotourisme est lié à la terre et aux ressources agricoles. Notre resort repose sur ces ressources, et nous essayons donc d’encourager les personnes à venir pour cela. Sinon elles se demanderaient pourquoi venir chez nous, alors qu’il y a des hôtels partout !

« Notre raison d’être, c’est l’agriculture durable : la nature doit être préservée, entretenue par les hommes. C’est pourquoi nous proposons de découvrir aux visiteurs comment nous entretenons nos sols, mais aussi comment nous produisons une nourriture de qualité, qu’il est possible de consommer sur place. »

Si le resort est la porte d’entrée des touristes, l’agrotourisme d’Agro Pelaga a d’abord une vocation éducative. Sri fait la promotion du lieu dans les écoles, par exemple pour que les enfants viennent durant les vacances scolaires. Chaque mois, plus de 2500 enfants visitent ainsi les plantations de l’hôtel :

« Nous leur expliquons dès le plus jeune âge ‘ceci est la nature’… ils sont souvent surpris car ils ne connaissent les fruits et les légumes que dans les supermarchés. Nous les accueillons en leur offrant un jus que nous fabriquons sur place, avec des fruits fraîchement pressés, comme la goyave ou les fraises. Après nous leur dévoilons que tout ce qui est consommé ici est issu de la terre. » 

Chaque semaine, Wijaya, le responsable d’Agro Pelaga pour les visites scolaires fait le tour de la plantation avec les enfants. Il leur montre ce qu’ils peuvent faire dans un jardin et leur apprend toutes les richesses qui s’y cachent comme les vitamines A des carottes, bonnes pour leurs yeux. Il leur apprend aussi comme les jardiniers essaient de tromper les insectes avec des fleurs de couleur jaune ou orange, afin que ceux-ci soient attirés par les fleurs plutôt que par les fruits : « Ils sont très intéressés, ce sont des enfants de la ville, qui ne savent pas à quoi ressemble une carotte. On leur apprend à planter, mais aussi à identifier les différents goûts (amertume, acidité..), puis on finit en leur apprenant à faire un gateau traditionnel, dans une cuisine traditionnelle constituée de trois composants, conformément au concept hindou des trois dieux (Brama, Wisnu et Shiva) ».

Gekna est là pour la première fois. Elle a vu des fruits, des piments et a pu planter des légumes. Elle a eu peur de se salir les doigts, mais elle aime bien cela ! Et la formule plaît autant aux 4-6 ans qu’aux 10-12 ans, mais aussi aux lycéens qui peuvent camper sur les 200 à 300 places disponibles. Les familles peuvent aussi se rendre à l’ère de picnic… le temps d’un déjeuner sur l’herbe. Autant que l’agrotourisme, c’est aussi la volonté de mettre les bienfaits de la nature à la portée de tous qui fait d’Agro Pelaga un lieu unique.

Photos : Sébastien Méric – Agro Pelaga